Histoire du site

Au fil de son histoire, le château de Clisson se révèle forteresse imprenable, résidence ducale puis ruine romantique.

Découvrez le Château de Clisson au fil du temps au travers de cartes allant jusqu'à 1850 sur le site vuduciel.loire-atlantique.fr !

Il occupe une position stratégique, à l’entrée sud du duché de Bretagne et en protection méridionale de la ville de Nantes. 

La palissade de bois (ou « clisse ») du 11e siècle a fait place dès le 12e siècle à un château de pierre aux systèmes de défense de plus en plus élaborés. A la fois château fort et résidence seigneuriale puis ducale, la forteresse est délaissée par ses propriétaires à partir de la deuxième moitié du 17e siècle avant d’être incendiée par les troupes républicaines en 1793. Les ruines inspirent François-Frédéric Lemot qui les achète en 1807 ; le château est classé monument historique en 1924, le département rachète le site à la famille Lemot en 1962.

 

Olivier V de Clisson (1336 – 1407)

Héritier d’une riche famille, Olivier V n’a de cesse d’accroître sa puissance et ses possessions malgré le contexte politique très troublé de la guerre de Cent Ans. Tour à tour officier anglais, puissant seigneur breton, puis connétable de France, Olivier de Clisson demeure une figure emblématique de ce château où il est né, même si ce dernier n’a jamais compté parmi ses résidences favorites.
Sa fille Marguerite de Clisson trahit le duc de Bretagne en 1420. Le château est confisqué au profit de la branche cadette de la famille ducale, d’où est issu le duc François II.


François II duc de Bretagne (1435 -1488)

Le dernier duc de Bretagne affectionne tout particulièrement le château de Clisson où il épouse en secondes noces Marguerite de Foix ; Anne de Bretagne sera leur première fille et héritière. Il s’applique à accroître la puissance militaire de la forteresse durant la guerre qui l’oppose aux rois de France Louis XI puis Charles VIII, notamment en l’adaptant aux armes à feu. C’est à lui qu’on doit cette allure imposante que le monument nous offre aujourd’hui.


François-Frédéric Lemot (1771 – 1827)

Dès 1807, sous l’impulsion créative de ce jeune sculpteur, la vieille forteresse se transforme en ruine romantique où la végétation reprend ses droits. Également très sensible à la protection du patrimoine, Lemot participe à la sauvegarde du château.